Roland Barthes: Le Degré zéro de l’écriture : 日本語翻訳と抽象の変質

広島大学フランス文学研究 Issue 36 Page 22-43 published_at 2017-12-25
アクセス数 : 1078
ダウンロード数 : 397

今月のアクセス数 : 4
今月のダウンロード数 : 1
File
ELLF_36_22.pdf 757 KB 種類 : fulltext
Title ( jpn )
Roland Barthes: Le Degré zéro de l’écriture : 日本語翻訳と抽象の変質
Title ( eng )
Roland Barthes: Le Degré zéro de l’écriture: la traduction japonaise et l’abstraction altérée
Creator
Source Title
広島大学フランス文学研究
Etudes de Langue et Litt_rature Fran_aises de l'Universit_ de Hiroshima
Issue 36
Start Page 22
End Page 43
Journal Identifire
[PISSN] 0287-3567
[EISSN] 2758-4119
[NCID] AN00000085
Abstract
Du mot « utopie », les Japonais retiennent seulement le sens positif d'idéal et de perfection, bien qu'ils connaissent son étymologie en grec, littéralement : « nulle part ». Le sens positif de ce néologisme s'accompagne en effet d'une nuance négative : l'utopie est impossible.
Ce mot est donc ambigu en français, c'est-à-dire un degré au dessus dans l'échelle d'abstraction si on le compare au japonais, qui privilégie un seul versant du mot. De la même manière, dans le japonais d'aujourd'hui, nombre de mots de sens simplifié suggèrent l'attitude subjective de la personne, positive ou négative. Les Japonais tentent de contrôler la signification des mots, négligeant parfois leur origine pour les simplifier et instituer des oppositions claires, alors que les Français s'attachent, en paraphrasant, au sens commun des synonymes.
Barthes fait fonctionner admirablement la logique de négativité, empruntée à la linguistique, qui voit un troisième terme, norme invisible entre deux contraires. Le « degré zéro » en est un bon exemple. La préparation du roman, dernière activité littéraire de sa vie, ne serait pas le pendant d'une réalisation, mais nous présente plutôt une oeuvre virtuelle de façon négative.
Cette absence de la substance même de la création littéraire nous rappelle ces lignes de Barthes à la fin du chapitre de L'écriture du Roman : « Aussi les plus grandes oeuvres de la modernité s'arrêtent-elles le plus longtemps possible, par une sorte de tenue miraculeuse, au seuil de la Littérature, dans cet état vestibulaire... ». Les Japonais sont enclins à penser que Barthes préparait un roman, et qu'il l'aurait donc achevé et publié si son accident mortel ne l'en avait empêché. Et pourtant, le terme « utopie » est un signe qui avait déjà annoncé l'impossibilité d'écrire ce roman. À notre grand regret.
Descriptions
補遺 pp. S-1~S-11
NDC
French literature [ 950 ]
Language
jpn
Resource Type departmental bulletin paper
Publisher
広島大学フランス文学研究会
Date of Issued 2017-12-25
Publish Type Version of Record
Access Rights open access
Source Identifier
[ISSN] 0287-3567
[NCID] AN00000085