広島大学フランス文学研究 19号
2000-11-15 発行

コルネイユの英雄喜劇『ピュルケリ』について

Pulchérie, une comédie héroïque de Corneille
村瀬 延哉
本文ファイル
抄録(他言語)
La première de Pulchérie a eu lieu en 1672. Corneille a intitulé lapièce "Comédie héroïque", terme qu'il a utilisé pour quelques-unes de ses pièces à la fin de sa carrière. L'appellation de "tragie-comédie" leur aurait convenu parfaitement. Mais comme elle était démodée alors, le dramaturge a préféré un mot inventé. Pulchérie a donc les caractéristiques d'une comédie et d'une tragédie. L'amour et le mariage y jouent un rôle capital tout comme dans les premières comédies de Corneille. L'Héroïne et Léon, jeune noble, sont amoureux l'un de l'autre; cependant le vieux Martian, sénateur romain, aime également l'héroïne sans se dkclarer; et sa fille est secrètement éprise de Léon. L'intrigue se développe à partir de là. Les spectateurs se prennent d'intérêt pour ce que va devenir leur amour : les protagonistes parviendront-ils à épouser celui ou celle qu'ils aiment? Sur ce point, la dramaturgie de Corneille est à peu près identique depuis ses premières comédies de moeurs jusqu'aux pièces des dernières années. Mais Pulchérie diffère des premières oeuvres en ce que la politique agit sur l'amour des personnages. Car ils appartiennet à la classe dirigeante. Pulchérie, qui est impératrice d'Orient, doit donc sacrifier son amour à la raison d'Etat : elle choisit Martian comme mari. On peut dire que, dans cette pièce, le tragique provient du pouvoir inhumain de la politique. Du reste, le pessimisme de l'héroïne la rend plus tragique. Elle éprouve un grand respect pour feu son grand-père Théodose I , empereur romain, Elle ne voit pourtant en ses descendants que des êtres qui dégénèrent et qui déshonorent sa mémoire. C'est la raison pour laquelle elle contracte un mariage blanc avec le vieux sénateur. N'ayant aucune espérance sur la génération montante, elle lui jette une vive malédiction au dernier acte : «Mon Aïeul dont partout les hauts faits retentissent / Voudra bien qu'avec moi ses descendants finissent, [...] Qu'ai-je affaire de race à me désh
SelfDOI