広島大学フランス文学研究 13号
1994-10-31 発行

ジュール・ラフォルグについて : 『なげき歌』の詩法

Sur Jules Laforgue : Poétique des Complaintes
吉田 正明
本文ファイル
抄録(他言語)
Dès la fin de 1881, Laforgue, éprouvant d'une manière aiguë la crise poétique, se met à la recherche d'une nouvelle poésie. À l'éloquence de la poésie parnassienne, il oppose <une poésie qui serait de la psychologie dans une forme de rêve>, évoquant <un bégaiement de l'enfant.> Influencé par la Philosophie de l'Inconscient de Hartmann et le transformisme darwinien, il pense que l'artiste s'agite mené par "l'Inconscient", et son objectif est de créer "du nouveau". C'est pour cette raison qu'une vieille esthétique dogmatique doit être rejetée. Et, dès lors, il s'efforce de <faire de l'original à tout prix.> Une autre caractéristique de Laforgue, c'est qu'il a le désir de "tout dire". Donc, nul aspect de la vie, même des aspects naturalistes, ne saurait être exclu de la poésie. Seulement, il ne s'agit pas pour lui de faire une description exacte du réel, mais de saisir d'une façon raffinée et dans toutes ses nuances, la manière dont il le perçoit. Sans doute est-il plus proche de Verlaine, dont les procédés l'ont séduit, notamment son refus de l'éloquence et son emploi de l'impair. Mais un élément le distingue essentiellement du Pauvre Lélian: lユhumour dont le poète des Complaintes revêt sa mélancolie. L'humour, chez Laforgue, est un instrument d'auto-ironie, une sorte de frein qu'impose une conscience trop lucide et désenchantée pour s'adonner entièrement au mouvement sentimental. En ce qui concerne la poétique des Complaintes, on peut dire que sa tentative de la libération du vers classique exerça une grande influence sur les poètes symbolistes. Très tôt, rompant avec les vers rigoureux des Parnassiens (notament leur estime excessif de la rime), Laforgue cherchait à composer des vers plus souples. Son coup de boutoir est particulièrement porté contre le syllabisme et le rythme des vers. Les Complaintes nous présentent une telle variété de mètre et de strophes qu'il serait fatigant de dresser une liste exacte. Laforgue invente, en effet, d'originales str
SelfDOI