広島法科大学院論集 17号
2021-03-20 発行

フィリップ4世の貨幣革命

La révolution de l'idée monétaire sous la règne du roi Philippe le Bel
本文ファイル
抄録(他言語)
À la fin du 13e siècle, un roi français a été injurié par la Papauté comme "le faux monnayeur". Cette insulte est répandue tout de suite dans l'europe occidéntale et un italien contempolain a écrit "Là se verra la désolation qu’en falsifiant la monnaie, amène sur la Seine celui qui mourra frappé par un porc".
Son nom est Philippe II, ou Philippe le Bel, l'onzième roi de la troisième race et un des grands-fils de Saint Louis. En suivant les politiques de ses prédécessors, sous son règne ce roi continue d'agrandir le domaine royal et essaie d'expluser les anglais de la région Guienne et d'obtenir la souzeraineté sur la région de Flandre. Ce roi, afin de financer son frais de bataille et de l'administration, confisque la fortune des Templiers, inroduit un nouveau impôt, dit "Maltôte", et promulgue nombreuses ordonnances touchant les monnaies pour gagner la benefice par la différence des titre ou des poids des monnaies. Mais, malgré tous ces faits apparemment épuisants pour un pays, il est étonnant de voir le fait que l'économie de ce royaume devéloppe.
Pourquoi cette condamnation de la part de la Papauté ?
Et pour quel fondement de l'idée ce roi continue sa politique monétaire ?
Sur la politique de ce roi, beaucoup d'encre est coulée. Dans cet article, l'auteur essaie de montrer que ce roi, un éleve d'un enseignant Thomiste, Gilles de Rome, et soutenu par les légistes issus de l'Oréans ou de Paris, a renversé la métallisme, l'idée traditionnelle de Papauté, et a bati une idée revolutionnaire, selon laquelle la monnaie est un bien commun.
権利情報
許可なく複製・転載することを禁じる