このエントリーをはてなブックマークに追加
ID 39234
file
title alternative
Image du soleil dans L 'Etranger
creator
NDC
French literature
abstract
Pour comprendre ce que Camus a réellement voulu dire en écrivant L'Etranger, il faut examiner cette œuvre à la lumière des enseignements philosophiques du Mythe de Sisyphe. Les deux ouvrages, l'un théorique, l'autre plus pratique et plus concret sont en effet contemporains. Lorsqu'on les lit en même temps, le message que Camus a voulu introduire dans L 'Etranger s'éclaire: il a voulu "mettre en image", illustrer la notion philosophique de l'absurde.

Le soleil est au premier plan du roman: tout se passe comme si le héros commettait son meurtre "à cause du soleil". Mais qu'est-ce que le soleil pour Camus? Que représente-t-il et lorsqu'il le fait entrer en scène ou bien le décrit, dans quelle intention le fait-il?

De quoi le soleil de L 'Etranger est-il le symbole? On a pu Je considérer comme le symbole du destin, de la Nécessité qui emporte Meursault. Certes cette interprétation est tentante mais justement le destin n'a de place ni dans Le Mythe de Sisyphe, ni dans la version qu'en fournit Camus. L'homme est jeté dans un monde absurde; en un sens c'est son destin mais il n'est pas régi par un destin nécessaire contre lequel il serait vain de se révolter.

Quoi qu'il en soit, le soleil qui revient si fréquemment dans le roman, est au centre même de l'action. Et sa valeur symbolique est évidente: dans la scène de l'enterrement, dans celle du meurtre, le soleil, synonyme de feu prend le pas sur les trois autres éléments primordiaux de l'antiquité, la terre, l'eau (=la mer sur la plage) et l'air. Il est le principe essentiel qui gouverne Je monde. Bien plus, comme animé d'intentions malveillantes, il se montre hostile à notre héros, impuissant et passif en sa présence, et le guide finalement à sa perte. Le soleil est ici Je symbole de ce monde absurde dans lequel l'homme est jeté (voir Le Mythe de Sisyphe).

De plus le soleil étouffant est l'image de la mort dans les deux scènes qui dépeignent une mort ou un meurtre. Le soleil de la scène du meurtre est rouge, rouge comme le sang qu'il fait verser.

Cependant, comme nous l'avons remarqué en constituant un tableau de toutes les mentions du soleil, le soleil apparait sous un autre aspect dans d'autres scènes: bleu, doré (comme le ciel) ou brun (comme le corps qu'il bronze), il sourit tendrement aux jeunes, à la vie qui monte et qu'il symbolise en la fécondant de ses rayons.

La vie et la mort, l'envers et l'endroit, l'exil et le royaume! Ces termes pourraient paraitre contradictoires, mais Camus ne les a-t-il pas employés à dessein pour qualifier un monde irrationnel, pétri de contradictions, qui, dans sa superbe indifférence, nous menace et nous réjouit tour à tour? Le soleil de L 'Etranger en est un exemple frappant et symbolise ainsi le monde au sens strict du terme camusien.
journal title
Bulletin of Hiroshima Jogakuin College
volume
Volume 35
start page
231
end page
253
date of issued
1985-12-20
publisher
広島女学院大学
ncid
naid
language
jpn
nii type
Departmental Bulletin Paper
HU type
Journal Articles
DCMI type
text
format
application/pdf
text version
publisher
department
Graduate School of Letters