Études de Langue et Littérature Françaises de l'Université de Hiroshima Issue 24
2005-12-25 発行

芥川龍之介『歯車』とその仏訳における色彩表現

L'expression de la couleur chez Akutagawa Ryûnosuke : Engrenage : traduction française et version originale
Horii, Miho
file
abstract
Cet article traite d'une oeuvre d'Akutagawa, Engrenage, célèbre pour sa large palette de techniques expressives et symboliques. En la comparant avec sa traduction française, j'ai cherché à établir les différences qui existaient entre le japonais et le français, notamment en matière d'expression des couleurs, et à en définir l'origine. L'expression des couleurs, dans Engrenage joue un rôle important. On y remarque, en effet, une relation de contraste entre bons et mauvais augures : vert, bleu, rose s'opposent à rouge, jaune, blanc, noir, brun selon le schéma « bon augure ⇔ mauvais augure ». Par cette relation de contraste, Engrenage symbolise et fait allusion à « l'enfer » , à « la folie » et à « la mort », trois éléments qui s'unissent étroitement. Or, dans certains cas, la traduction française gâte l'effet des techniques expressives du texte original, de par la différence de structure entre les deux langues. C'est non seulement un écart d'image et de champ sémantique entre le français et le japonais, mais encore un décalage et un manque d'expressivité qui proviennent essentiellement de caractéristiques culturelles et langagières différentes, à l'emploi d'idéogrammes ou de caractères phonétiques. De ce fait, la différence entre les images figées, qui varient d'une culture à l'autre, entraîne un décalage d'interprétation. Pour une large part, les écarts dus à la traduction en français sont imputables à la fois à cet aspect culturel et aux particularités propres à chaque langue. C'est pourquoi, force et de reconnaître que la traduction française ne peut entièrement transmettre les expressions de la couleur, la remarquable expressivité d'Engrenage. Néanmoins, si nous, lecteurs, avons conscience que le texte original et la traduction sont équivalents mais non identiques, il nous est alors possible de bénéficier d'une double récompense : le bonheur de la traduction et le plaisir de l'original.
SelfDOI